Commémoration des victimes de l’esclavage : Birame O. Dah préconise une " enquête nationale indépendante " à l’Etat

Publié le par Babacar Baye NDIAYE

birame1.jpgPour le président de l’I.r.a., Birame Ould Dah Ould Abeid, l’heure de "la révolution des esclaves" a sonné en Mauritanie comme à Saint-Domingue en 1791. Et, visiblement, il ne semble pas s’y tromper. "Maintenant, en Mauritanie, la situation recoupe beaucoup avec celle qui a prévalu à Saint-Domingue aux Caraïbes", soutient-il avec conviction avant de rajouter : "Nous espérons que les populations serviles d’esclaves et d’anciens esclaves qui constituent la majorité de la population mauritanienne  prendront conscience de la nécessité de secouer le joug de l’esclavagisme et du système esclavagiste".

 

Le ton est donné et la tournure syntaxique bien choisie. Et, pour marquer la commémoration des victimes de l’esclavage en Mauritanie, ce 23 août 2010, Birame Ould Dah Ould Abeid s’en est pris tour à tour aux oulémas, aux hommes d’affaires et aux officiers supérieurs de l’armée en qui il voit les véritables promoteurs de l’esclavage.

 

Comme à l’accoutumée, il ne s’est pas privé de leur porter des coups bas. Et, chacun a eu sa dose. Mais, ceux qui ont le plus essuyé ses attaques et critiques, ce sont les oulémas qu’il a dénié toute reconnaissance.

 

"Ils doivent être combattus et leur autorité abolie par la force populaire qui doit se révolter contre cette autorité qui n’est pas une autorité légitimement religieuse mais une autorité au profit d’une classe dominante, d’une communauté bien définie et des groupes dominants", a-t-il déclaré.

 

"La classe des hommes d’affaires est une classe où se mélangent narcotrafiquants et commerçants et hommes d’affaires véreux qui exploitent les hommes, qui soumettent la classe des opprimés, des pauvres, des esclaves et des anciens esclaves à une exploitation injuste et inhumaine", poursuit-il. Puis, à propos du B.a.s.e.p., qu’il a comparé à la Bastille, il indiquera qu’il "est fait et conçu par Mohamed Ould Abdel Aziz et les groupes dominants pour continuer à régenter le peuple mauritanien".

 

Le président de l’I.r.a. a, en marge de la commémoration des victimes de l’esclavage, appelé l’Etat mauritanien à souscrire au démantèlement du système esclavagiste, tout en lui proposant de faire une enquête nationale indépendante qualitative et quantitative sur le phénomène de l’esclavage en Mauritanie mais également de punir les coupables de crimes d’esclavagisme et de délits racistes.

 

"Nous demandons au peuple mauritanien de secouer le joug de la domination et de ne pas compter sur les méandres et les péroraisons des politiciens qui vont, de patte en patte, avec les groupes dominants, des partis politiques qui sont, en vérité, des groupes dominants", a conclu Birame Ould Dah Ould Abeid.  

 

La commémoration des victimes de l’esclavage vise la restauration d’une vérité historique, le développement de la solidarité internationale, la promotion de la tolérance et des droits de l’homme par une implication et une mobilisation de tous (Etats membres, organisations internationales et intergouvernementales, société civile et secteur privé).

 

Babacar Baye NDIAYE

 

Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article